High Fidelity magazine, Pologne

interview JMF Audio et l'approche du Blu-ray Pure Audio 

 

Suite à l'interview du producteur de disques Blu-ray, M. Mark Waldrep d’AIX Records (Los Angeles, États-Unis), le rédacteur en chef du magazine High-Fidelity, M. Wojciech Pacula a contacté JMF Audio pour obtenir plus d’informations sur le transport DMT 3.7 et le format Blu-ray Pure Audio. Ci-dessous l'interview extraite de l'article (lien vers l'article complet au bas de la page):

Wojciech Pacula: Parlez-nous de vous et de votre entreprise.

Laurent Fusilier: JMF Audio a été créé en 1985, en tant que projet de passion de l'ingénieur Jean-Marie Fusilier qui avait déjà fondé sa société JMF Electronique en 1974. Jean-Marie réalisa des enceintes, des étages phono, des tuners, des préamplificateurs, mais son intérêt principal résidait dans la conception d'amplificateurs de puissance. Fort de son expérience et de ses succès en électronique haute fréquence pour les télécommunications de haute performance dans les domaines industriels et militaires, il appliqua des solutions absolument innovantes au domaine de l'audio. Il étudia le son typique des composants passifs, le son des métaux pour le trajet du signal audio... Son approche des amplificateurs de puissance peut être résumée en trois points : une réserve d'énergie massive pour une distribution instantanée de courant sur fortissimo, une liaison signal par couplage direct avec étage d'entrée symétrique de précision, transistors de sortie multiples à haute tension pour une distorsion minimale, un meilleur contrôle, et comportement naturellement stable non dépendant de boucles de contre-réaction. La tenue en puissance et le son naturel étaient si impressionnants que ces amplificateurs furent sélectionnés par Tom Hidley, le concepteur de studio d'enregistrement le plus influent, suite à ses comparaisons avec les mythiques amplificateurs de référence équipant les studios de Nashville en 1989. ( http://jmf-audio.com/history_fr.htm )

Mon frère (Arnaud) et moi (Laurent) avons été immergés dans la technologie, l’audio et la musique depuis notre naissance. A 10 ans, j'ai mis les mains sur (et dans) le seul ordinateur de l'entreprise et ai construit mon premier appareil audio partant d'une feuille blanche à 14 ans. C'était un préamplificateur pour guitare, alors que mon frère se mettait à jouer de cet instrument. Adolescents, nous avons conçu et construit un grand système de sonorisation et avons effectué un certain nombre de services de sonorisation pour des concerts. Naturellement, mon frère et moi avons suivi des études scientifiques et avons obtenus des titres d'ingénieurs en génie mécanique et en électronique respectivement. J'ai rejoint JMF Audio en 2004 après avoir conçu mon premier DAC en 2003, probablement le premier DAC 768kHz jamais construit.

Quand avez-vous commencé à penser à développer un lecteur haute définition ?

> Nous songions à concevoir un transport dès 2006. A cette époque, les passionnés demandaient la prise en charge des SACD. Les idées ont mûri au fur et à mesure des occasions de découvrir, d'écouter et d'évaluer les produits existants chez nos clients. Vers 2012, j'ai pensé que le moment était venu de développer un transport. Nous avons évalué plusieurs mécanismes de lecture de disque, CD uniquement, CD / SACD, plusieurs serveurs audiophiles et solutions de studio de mastering via USB, lecteurs de cartes SD... Nous avons ensuite découvert le nouveau format Blu-ray Pure Audio, avec de nombreuses productions déjà disponibles.  Il s'agissait du format que nous attendions : haute définition, support physique, sans recours à l'informatique. La première évaluation fut menée avec le Blu-ray de Jan Gunnar Hoff "Living" 2L. Nous avons senti un grand potentiel. De par nos évaluations précédentes, nous savions qu'il nous était possible d'obtenir un résultat plus musical à partir d'un disque optique. Il nous fallait donc défendre ce format tout en optimisant le rendu des CD et des SACD.

Quel était votre objectif ?

> Je pense qu'un disque, un objet avec son livret et ses illustrations est le meilleur moyen de profiter de la musique et de faire honneur aux artistes et aux réalisateurs. Notre objectif était de proposer un lecteur de rêve, intemporel. Les audiophiles et nous-mêmes possédons de grandes collections de CD et de SACD pour lesquels nous souhaitons obtenir le meilleur rendu sonore, le plus naturel. Le Blu-ray Pure Audio est en quelque sorte la continuité, la prochaine exaltation. Bien entendu, le transport JMF Audio devait surpasser les transports et les serveurs très prisés que nos clients possédaient déjà, ou nous n'en aurions vendu aucun...

Pensez-vous vraiment que le disque physique ait un avenir dans un monde "en streaming" ?

> Je pense que le streaming est là pour rester, surtout pour le grand public. Mais à mon avis, de nombreux mélomanes et audiophiles aiment rentrer chez eux et écouter de la musique pour se détendre. Beaucoup d'entre nous ont des emplois stressants, certains passent toute la journée sur des ordinateurs et des smartphones. Parcourir une collection de disques, toucher les boîtiers, sélectionner le disque en fonction de son humeur, placer le disque sur le lecteur, s'asseoir et lire le livret ; tout cela représente une part essentielle du plaisir d'écouter la musique de ses artistes préférés. Du vrai, palpable, simple. D'une certaine manière, je pense que le renouveau du vinyle est une réponse à l'attitude streaming de consommation... Cependant, ceci n'est que philosophie. Le support physique doit prouver une qualité de rendu supérieure ou il semble peu judicieux pour les audiophiles en quête du son absolu de continuer à faire tourner des disques.

Quels sont les avantages du disque BD Audio par rapport au streaming / fichiers ?

> Comme indiqué précédemment et comme expliqué sur la page du DMT 3.7 (http://jmf-audio.com/dmt37_fr.htm), les disques joués avec le DMT 3.7 produisent un son plus naturel, plus ample et plus fluide que les versions fichiers sur n'importe quelle machine. Le résultat est juste désirable. De plus, avec les disques Blu-ray Pure Audio conformes aux prescriptions des msm-studios (validées par l'AES - Audio Engineering Society), un Blu-ray Pure Audio signifie un package incluant un CD (SACD) pour plus de polyvalence, un disque Blu-ray Pure Audio avec contenu stéréo haute résolution, les pistes son en  multi-canal ainsi que mShuttle. mShuttle est une technologie qui permet d'accéder facilement aux versions fichiers résidant sur le disque Blu-ray (pas d'accès à Internet, source garantie) pour en profiter sur les appareils nomades. Le contenu dépend des choix des réalisateurs et des maisons de disques. Les mélomanes ont donc tout en main. Le package audio numérique de rêve.

Votre mécanique de lecture est unique - est-ce votre propre conception ? Quel était le point de départ ?

> BDPM1 est un mécanisme de lecture optique propriétaire JMF Audio. Le premier mécanisme SACD / Blu-ray usiné dans la masse au monde. Au début, nous voulions concevoir un transport dans le même boîtier que le convertisseur DXC2.2 MKII, afin de pouvoir le placer sur une étagère et proposer un produit relativement abordable. En travaillant sur l'analyse des vibrations et leurs influences sur la qualité sonore, il est devenu évident que si nous voulions construire un transport aux qualités sonores très supérieures, nous devions étudier sérieusement les aspects mécaniques, comme s'il s'agissait d'un lecteur de disques vinyles. Nous avons rapidement éliminé tous les mécanismes à plateau / chargement mobiles pour les mêmes raisons. Ainsi, le transport JMF Audio ultime serait massif, lourd, découplé et doté d'un chargement par le dessus. À ce stade, proposer un produit "relativement abordable" n'était déjà plus envisageable... Le mécanisme optique allait reposer sur une base composite découplée par des pieds rotules spécialement conçus par JMF Audio. Alors que je mettais en évidence l'influence des vibrations résiduelles sur le capteur optique, mon frère Arnaud, ingénieur en mécanique, regarda et déclara : Je vais concevoir un bloc massif. Inutile de préciser que j'étais quelque peu sceptique. Il était évident pour moi qu'il y parviendrait, mais je craignais le nombre de prototypes et le coût de développement, car nous devions faire appel à des procédés aéronautiques pour atteindre la précision d'usinage souhaitée. Une précision que nous ne pouvons pas atteindre avec les machines en nos locaux. Il l'a fait. C'est onéreux. Nous avons approuvé. Rien n'est trop beau pour la musique que nous aimons.

Le DMT 3.7 lit-il également les DVD-R contenant des fichiers ? (comme les enregistrements de référence HRx) PCM uniquement ou DSD aussi ?

> Le transport DMT3.7 est capable de lire des disques Blu-ray Audio et des disques de données contenant des fichiers audio (BD-R, DVD-R...). Les fichiers DSD sur BD-R ou DVD-R peuvent être lus sans distinction. La navigation sur des disques formatés de données se fait via un écran ou avec l'application Android / iOS fournie. Les disques Blu-ray Audio, eux, sont reproduits sans écran, comme les CD.

Si je lis correctement, vous êtes fermement dans le camp PCM - n'est-ce pas ? Pourquoi, je veux dire, qu'est ce qui ne va pas dans le format SACD ?

> DSD (direct stream data) pour éviter le filtrage par décimation après l'ADC et le suréchantillonnage avant le DAC est tout à fait sensé à première vue sur le papier, puisque les ADC et les DAC audio étaient supposés être de structure Sigma-Delta au moment du lancement du SACD. La modulation Sigma-Delta se réfère à une quantification sur un bit avec échantillonnage à haute fréquence. Cependant, pour que le SACD atteigne un rapport signal sur bruit de 120 dB dans la bande audio, le modulateur a été conçu pour rejeter le bruit de quantification hors de la bande audio. Il en résulte un bruit non corrélé de très haut niveau au-dessus de 20 kHz. Le bruit à 40 kHz peut avoir des amplitudes élevées à comparer au signal musical utile à 1 kHz! Le SACD était censé offrir une bande passante accrue, mais celle ci est remplie de bruit de haut niveau... Un tel bruit peut avoir une influence très néfaste sur les étages analogiques suivants, par distorsions d’intermodulation notamment, imposant aux convertisseurs et aux circuits analogiques de juguler des signaux à haute vitesse. Pour réduire cette gêne, les lecteurs SACD devaient comporter un filtre passe-bas analogique à 50 kHz, réduisant de ce fait l’avantage d’une réponse impulsionnelle améliorée par rapport aux CD tout en laissant le bruit entre 20 kHz et 70 kHz à un niveau élevé. Certains fabricants ont fait appel à des techniques de façonnage du bruit, qui modifient le signal d'origine tout en rejetant ce bruit à des fréquences plus élevées... Un autre aspect est la gigue de phase (jitter). Pour le PCM, nous avons développé des moyens de réduire considérablement la gigue de manière très musicale dans le transport DMT 3.7 et dans le DAC DXC 2.2 MKII. Donc, pour l'instant, chez JMF Audio nous prenons le SACD pour ce qu'il est : un disque contenant de l'audio de plus haute définition, traitons le flux en multi- bits, réduisons le bruit de quantification et convertissons aussi haut que 705kHz pour le meilleur rendu musical.

À la fin des années 90, les maisons de disques craignaient la copie des CD. Sony a promu le SACD comme impossible à copier et a reçu approbation. Au même moment, le président de Sony, qui était audiophile, faisait la promotion de ses nouvelles consoles de mixage numériques pour les studios de classe mondiale. Les consoles de mixage, qui ironiquement étaient PCM, car aucun traitement ne peut être appliqué à un flux DSD...

En effet, le DSD peut être utile pour le stockage mais ne permet pas le travail audio numérique. Les ingénieurs souhaitant enregistrer et produire en numérique ont toujours travaillé en PCM (Note: DXD, avec un 'X', est du PCM). L'enregistrement en DSD est possible mais les ajustements de niveau, le mixage, l'égalisation, le mastering requièrent que le signal soit reconverti en analogique, cumulant ainsi les problèmes de bruit, de gigue de phase et de non-linéarités...

La musique pour les ordinateurs a permis au DSD x2, x4 d'émerger... Cependant, il convient de noter que la grande majorité des studios travaille en PCM à 24/96 kHz, moins souvent à 192 kHz. L'avantage de 96 kHz à 192 kHz est minime. Les normes de l'industrie sont là. Et nous aimons dire que la seule chose importante est la musique ; notre but est simplement de la servir le mieux possible.

---

Nous tenons à remercier M. Wojciech Pacula, High Fidelity Magazine, contributeur à Positive Feedback.

 

Voir également :

> Blu-ray Pure Audio excellence

> DMT 3.7 transport CD, SA-CD, Blu-ray Pure Audio

> Compte rendu Hifideluxe Munich 2018     (incluant conférence de presse sur le Blu-ray Pure Audio)

> Compte rendu AE Super Hi-End Audio Seminar Hong Kong 2018   (inclus présentation Blu-ray Pure Audio)

> Lien vers la version en ligne de l'article original sur highfidelity.pl 

 

Quelques heures après que nous ayons partagé cette interview, Patricia Barber, la chanteuse et musicienne américaine, une référence pour bon nombre d'audiophiles et d'amateurs de jazz, répondait en postant son opinion au sujet de la musique sur support physique.

"La beauté de l'objet disque : couleur, caractère, délibération, information, respect de la vie privée ! Personne ne vous lance de publicités, ne recueille d'information sur vous pour les vendre aux annonceurs, la musique ne disparaîtra pas et vous possédez la musique. Un engagement et une relation durables avec la musique que vous choisissez de posséder. Pas pour tout le monde je comprends, mais j'adore l'intimité et la relation avec le disque."

Grammy Award à la sortie en CD, "Modern Cool" de Patricia Barber fut récemment réalisé en Blu-ray Pure Audio et gagna un nouveau Grammy Award! 

Un excellent transfert haute définition, joué par JMF Audio pour démonstrations aux audiophiles lors des salons de Munich et de Hong Kong.

 

De nombreux artistes partagent l'opinion de Patricia Barber. De nombreux audiophiles préfèrent le réel. 

Il était juste important de proposer des solutions afin que les disques brillent à jamais...     

 

More on facebook.com/jmf.audio

 

© JMF Audio ®  1985-2017 - All rights reserved - Tous droits réservés

www.jmf-audio.com